Pour débuter cette nouvelle année 2009, un petit regard personnel sur les Américains et leur sacré optimisme…

230618667_M

Crystal Cove - Newport Beach - January 2009

Je me dis souvent que j'habite un peu au paradis… : le climat, d’abord. Pour moi qui suis native de la Picardie, dans le Nord de la France, la Californie du sud est tout simplement un délice au quotidien. Un délice de se lever tous les matins et de découvrir un ciel d'un bleu profond, de profiter en Janvier de températures dépassant les 30°c, comme aujourd’hui, de se baigner quand l'envie nous vient, de porter des tee-shirt et des flip-flop et d'acheter toute l'année des petites robes décolettées... La vie ici ressemble souvent à des vacances, même en pleine période de crise... Oui, comme disait Aznavour, il semble que la misère est moins pénible au soleil…

http://www.anaheimoc.org/client_upload/Membership/16438_image1.jpg

Bon, c'est vrai j'exagère, la misère dans l’Orange County est bien cachée… On pourrait même penser qu'il n'y a même pas de crise ici, tant on continue à doubler sur la route des voitures luxueuses, tant on voit toujours autant de maisons incroyables se construire sur les collines ou en bord de mer et dont les prix dépassent l’entendement, tant il se construit de centres commerciaux ressemblant plus à des hôtels de luxe... Bref, on pourrait croire que tout va bien...

IMG_0230

Pourtant l'on voit de plus en plus de panneaux de maisons à vendre, il n’est plus aussi facile de trouver un emploi et l'on apprend dans la presse locale que par exemple les magasins comme « Walmart » (réputés pour leurs bas prix) ont augmenté leur chiffre d'affaires, alors que tous les commerces sont en chute libre...Oui la crise mondiale touche aussi la Californie du sud, mais les Californiens continuent à afficher leur plus beau sourire et à être résolument optimistes…

DSC_0034

Pessimistes, nous ?

Pourtant, il y aurait mille et une raisons aussi de ne pas l'être, quoique l'on en dise, tout n’est pas aussi idyllique ici : la sécheresse persistante depuis 2006 qui occasionne d’années en années de plus en plus d’incendies dévastant des forêt et des maisons, l’approvisionnement en eau des villes devient un souci et des mesures sont à prendre, sans eau la Californie du Sud est un désert...

DSC_0295

...et puis il y a cette fameuse faille Andrea, cette épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Le "Big One" , comme on l'appelle, ce séisme de magnitude supérieure à 6,7 qui se produira dans les 30 prochaines années. Avant d'habiter ici, je me demandais comment l’on pouvait vivre tranquillement ici tout en sachant cela…et bien on vit avec, on n’y pense pas, juste on participe régulièrement à des exercices de préparation dans les école, dans les entreprises, et les magasins mettent régulièrement en tête de gondole les kits de survie

 

En Juillet dernier, alors que nous avions des amis français à la maison, nous avons ressenti avec eux, pour la première fois notre premier véritable tremblement de terre...5/4 sur l'échelle de Richter...Impression incroyable que la terre se soulevait et avançait sous nos pieds comme une vague... Remuant et terrifiant…Depuis d’autres tremblements ont eu lieu…et la vie continue.

http://latimesblogs.latimes.com/photos/uncategorized/2008/07/30/what_a_mess.jpg

Cet optimisme au quotidien n’est d’ailleurs pas simplement lié au climat Californien, il est un état d’esprit typiquement Américain et il ne faut pas vivre longtemps ici pour le ressentir. Il y a ici, aux US, comme une aura incroyable qui vous entoure, une sensation de liberté qui vous fait penser que tout est possible et qui vous donne une énergie incroyable. Quand je lis les blogs des Français vivant ici, je lis toujours le même enthousiasme. J'ai rarement rencontré un étranger vivant aux US, souhaitant rentrer dans son pays, si ce n'est à cause de la langue ou de la famille. Oui ce pays vous transforme et vous fait croire en beaucoup de choses.

Barack Obama visits Nicolas Sarkozy in Paris, 25 July 2008.(Photo : Reuters)

Aux US, cet optimisme permet aux Américains de dépasser leur limite, de croire toujours dans la possibilité de réussir, même face à l’échec. Là où le Français dit « Pourquoi », l’Américain dira "Pourquoi pas"...

DSC_0862

High five!

Je me souviens avoir lu dans la presse une comparaison entre les français et les Américains, que je trouve tout à fait juste. Une maman Américaine dira à son fils qui part jouer au football : " Have fun, love you! " et la maman française dira  " Fais attention et ne te salis pas ! ". Si nos deux petits Français et Américains tombent, se font mal et reviennent vers leur maman en pleurant. L'Américaine dira : " Try again, you can do it ! " alors que la maman Française dira : " Il fallait s'y attendre ! Reste là maintenant ! " Très vite, l'enfant américain apprend à être indépendant et responsable de ses actes, alors que l'enfant Français fait l'apprentissage inverse. On lui suggère qu'en dehors du giron maternel, il n'y a pas de salut.

http://www.politickerca.com/files/politickerca/images/California%20Obama%20Supporters.jpg

L’élection d’Obama met bien en valeur cet optimisme de la volonté et cette façon de croire toujours en demain, d'accepter de s'être trompé… Les Américains veulent oublier les années Bush et mettent tous leurs espoirs aujourd'hui en Obama, même les Républicains... Suite à l'élection de Barack Obama, près de 75 % des Américains pensent que l'économie va s'améliorer.  Elu sur «l’audace de l’espoir», Obama et son «Yes we can!» insiste aujourd'hui sur le pouvoir des hommes pour «redonner à l'Amérique la place qu'elle se doit d'avoir".

DSC_0178

"Community service" pour tout le monde..

Le nouveau président met tout en oeuvre pour réanimer le meilleur de la tradition civique américaine, cette démocratie participative à l'américaine, qui s’appuie sur les capacités de chacun. Oui, ici on vous demande  via internet, de faire des donations à Obama et à son équipe. Oui, son épouse, quant à elle, vous envoie des emails pour vous encourager à participer et à mettre en place les fameuses "Community Service", du bénévolat. On peut s'étonner de ces sollicitations incessantes sur internet, qui vues d'Europe semblent malsaines. Pourtant ici, elles sont naturelles, l'Américain pense que son pays s'en sortira s'il paye de sa poche et de ses mains. Ici, on paye moins d'impôt, mais on choisit à qui l'on donne son argent et du coup on s'implique plus et l'on en tire une satisfaction bien plus grande et finalement un optimisme, un "Yes we can"…

Alors pour 2009, la France, l'Europe qui admire tant ce nouveau Président Américain, va-t-elle aussi accrocher un sourire, un optimisme à son quotidien, malgré la crise ?